J’achète

J’achète!             Mai 2010

Comment pourrais-je résister
Une paire de pompes à prix cassé
Des pumas j’ai carrément kiffé
Y a qu’les blaireaux qui laisseraient filer

Un truc de ouf écoute moi ça
Un billet pour la Costa Brava
Trente euros aller-retour
Avec à bord les petits fours

Faudrait être con pour s’en priver
Ah! Que c’est bon d’se laisser tenter…

Pour le mondial j’ai carrément craqué
J’me suis payé ma sixième télé
Si la France gagne ils ont juré
Elle me sera remboursée

Attends attends tu vas halluciner
Sur e-bay j’ai trouvé
Un déambulateur poignées en cuir
On n’sait jamais ça peut servir

Faudrait être con pour s’en priver
Ah! Que c’est bon d’se laisser tenter…
J’achète, j’achète!
J’achète, j’achète!
J’achète ! Voilà, c’est ça ma raison d’être!

Putain mon pote j’me suis trouvé
Un coupé sport BMW
Super occase à peine servie
ça me changera de mon Audi

Chez super sport supers promos
Trois paires de skis pour 100€
En Bretagne, j’avoue c’est inutile
Mais qui sait un jour Isola 2000…

Faudrait être con pour s’en priver
Ah! Que c’est bon d’se laisser tenter…
J’achète, j’achète!
J’achète, j’achète!
J’achète ! Voilà, c’est ça ma raison d’être!

J’entends d’ici les rabat-joies
Qui me pointent du doigt
On m’accuse de tous les maux
De conduire le monde à l’échafaud

Si ça les amuse de vivre à la bougie
De se torcher le cul avec des orties
De partir en vacances à trottinette
Sois disant pour sauver la planète

Si ça les amuse de vivre en autarcie
Avec leurs chèvres et leurs radis
Qu’ils se prennent la tête avec leur planète
Moi j’préfère flairer les bonnes affaires

C’était le moment, j’ai investi
J’ai acheté 6000 tonnes de riz
Inondations, incendies
De gros profits on m’a promis